Les communautés de lecteurs se fédèrent de plus en plus sur les réseaux sociaux


Certes, c’est sans nul doute un signe des temps mais c’est aussi le signe que les lecteurs ne semblent plus réellement trouver dans les médias traditionnels des recommandations de lecture qui les concernent vraiment. Depuis quelques temps, sur Facebook en particulier avec un relais bien évidemment sur Twitter, on voit naître des pages fans ou des pages groupes de lecteurs. Récemment, est apparu le groupe « lecteurs sociaux ». Quelques jours après « Plus on est de fous, plus on lit ». Ces pages ou groupes viennent s’ajouter à de nombreuses pages soient initiées par les lecteurs eux-mêmes, soient par les éditeurs avec plus ou moins de convictions, soient par les librairies, ou encore aux nombreux blogs de critiques littéraires.

Il y a quelques choses de rassurant dans le fait de voir que les lecteurs eux-mêmes prennent en charge la médiation de la littérature (notez bien que je ne parle pas de livre, le livre n’étant qu’un emballage parmi tant d’autres) et deviennent à leur tour des propulseurs de littérature. Et peu importe qu’il s’agisse de livre papier ou de textes numériques. Cela ne fait que confirmer, devant l’absence d’intérêt des médias écrits, des radios ou encore de la télévision pour la littérature, que les Internautes sont les nouveaux prescripteurs du livre comme je l’avais expliqué au tout début de cette année. C’est d’ailleurs à eux que l’on doit le succès d’une opération née sur les réseaux sociaux, le #ebookfriday. Il y a encore beaucoup de professionnels du « livre » qui doutent de la pertinence d’utiliser les réseaux sociaux pour promouvoir la littérature et qui pensent que c’est du temps perdu. Moi je pense plutôt qu’acheter une demi page de pub qui coûte une fortune dans des journaux papiers qui ne sont pas lus, mais « donnés » pour entretenir l’illusion qu’ils sont lus auprès des précieux annonceurs – moi lire une critique littéraire au milieu d’une pub de bagnole ou de courgettes en boîte, très peu pour moi – , n’est peut-être pas du temps perdu, mais réellement de l’argent jeter par les fenêtres. Mais c’est un point de vue, n’est-ce pas ? La pub reste, il est vrai, une solution de faciliter alors qu’être présent sur les réseaux sociaux demandent un réel investissement en temps mais permet de mieux cibler ses actions.

Tout ça pour dire, et sans vouloir faire de démagogie, parce que c’est réellement comme cela que je vois les choses au quotidien: prenons soin des lecteurs et soyons là où ils sont. Et de plus en plus, ils sont sur les réseaux sociaux, ce sont eux les nouveaux prescripteurs du livre et de la littérature.

Assurèment, le Web s’éditorialise, le lecture se socialise comme nous l’explique Lorenzo Soccavo.

Jean-François Gayrard

5 commentaires sur “Les communautés de lecteurs se fédèrent de plus en plus sur les réseaux sociaux

  1. Pas une réponse. Plutôt une prédiction.

    Actuellement, la tendance est pour la lecture gratuite sur Internet. Alors bientôt (un bien grand mot j’en conviens) vous verrez tous les intermédiaires entre l’écrivain et son public mis au chômage. Donc plus de papier, plus d’intermédiaire. Des revenus directement tirés de la pub insérée dans les livres électroniques. Je le sais, je le fais déjà.

  2. Bonjour
    Je confirme
    Voici mon itinéraire de conseils de lecture
    – Libraire avec le même vendeur depuis le berceau qui m’a emmené vers Dostoievski, Mishima
    – puis retraite du vendeur
    – Désert de conseil fait de fnac avec conseils de plus en plus rares !
    – Pas de recommandation dans les médias traditionnels ils ne parlent de des pavés de concours
    – Un peu de lecture des avis sur amazon (mais ceci ne peut que confirmer et pas faire découvrir)
    – Maintenant : Blog+ Twitter + Goodreads + google+ seulement

  3. Bonjour, je confirme vos propos. J’ai lancé un ebook au mois de juin uniquement sur les réseaux sociaux, et à ma grande surprise le livre est téléchargé tous les jours, à ma plus grande surprise, un lectorat francophone, englobant France, Canada et même États-Unis, s’est manifesté.
    Le téléchargement est gratuit, c’est ma façon de remercier, un lectorat aventureux, curieux et passionné de lecture. Merci à tous ceux qui ont lu et lise mon livre. J’invite ceux qui ne l’ont pas encore lu à le faire, c’est ici : http://itunes.apple.com/fr/book/id438885363?mt=11

  4. Pingback: médiation, prescription, curation… « Ideesinfos : tic, bibs, veille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s